What is it about?

Les zoophytes, étranges êtres mi-animaux mi-végétaux, fascinent les naturalistes depuis l’Antiquité. Ces hybrides sont généralement conçus comme des êtres intermédiaires qui rendent sensible la continuité naturelle à travers l’échelle du vivant. Mais quand il s’agit des « conches anatifères », des coquillages écossais que l’on dit naître du bois pourri et engendrer des oiseaux (les bernaches), le savoir naturaliste de la Renaissance atteint ses limites. Les érudits discutent de la possibilité du phénomène en reconsidérant les théories de la génération spontanée et en enquêtant sur ces merveilleux coquillages présents dans certains cabinets de curiosités. Remise en cause, la légende s’envole un peu plus loin, jusqu’en Chine, pour survivre à l’examen critique.

Featured Image

Why is it important?

Les limites entre le croyable et l'incroyable, le rationnel et l'irrationnel, le possible et l'impossible sont cruciales dans l'élaboration du savoir scientifique moderne. Ces limites ont une histoire. La Renaissance et l'époque baroque à la charnière du XVIe et du XVIIe siècle sont un moment clé dans leur élaboration, avant le "grand ménage" du siècle des Lumières qui exclut du champ des sciences bon nombre de croyances anciennes. Le cas de ces zoophytes permet à la fois de questionner les limites du vivant (animal et végétal) et les limites épistémologiques que reconnaissent les érudits de l'époque en fonction du système de preuves qu'ils adoptent.

Perspectives

Cet article est le résultat d'une réflexion murie depuis la thèse sur la notion de "merveilleux naturel" et qui reconstitue les frontières du croyable à l'intérieur du champ scientifique à l'époque moderne.

Laurent-Henri Vignaud
Universite de Bourgogne

Read the Original

This page is a summary of: Le zoophyte comme limite du merveilleux naturel à la RenaissanceLe cas des conches anatifères, Revue de Synthèse, February 2022, Brill, DOI: 10.1163/19552343-14234016.
You can read the full text:

Read

Contributors

The following have contributed to this page